L’épreuve de force, la seule réponse à l’obstination

Mairie Entre Deux Guiers

L’épreuve de force, la seule réponse à l’obstination

Nous ne pouvons pas accepter que le maire construise un préau pour l’école à 2.000 euros le m2 et vende un terrain constructible à 3,50 euros du m2.

L’épreuve de force, la seule réponse à l’obstination?  En effet, le maire, sans doute en manque de légitimité au sein de son équipe, a décidé d’entrer en conflit ouvert avec les élus de notre liste. Nous vous avions dit que la délibération prise par le conseil municipal en février, et vendant les terrains du cimetière à 3,50 € du m2, ne pouvait pas s’appliquer car elle avait été mal libellée.Et nous avions raison.

Mais pas de problème pour Pierre Baffert, on reprend les mêmes et on recommence. Mais cette fois-ci avec un refus du maire de nous communiquer les éléments de la transaction, ce qui est illégal. Non seulement le maire a refusé de nous transmettre les éléments avant la séance, mais a également refusé pendant la séance du conseil municipal, affirmant que nous n’avions qu’à écouter ce qu’il disait!! Comme si ce que disait Pierre Baffert était vrai!!! Et tout çà sous le regard béat de la secrétaire de mairie qui ne remplit absolument pas son rôle de conseil, de neutralité et de contrôle de légalité. Mais qu’ont-ils donc à cacher?

Devant ce refus de Pierre Baffert de respecter les lois françaises mais aussi les élus représentant 45% des Guiérois qui sont scandalisés du gaspillage de leurs impôts avec la vente d’un terrain constructible à 3,50 € du m2, nous avons décidé d’agir.

L’épreuve de force, la seule réponse à l’obstination? Un conflit jusqu’au tribunal administratif? Possible si Pierre Baffert continue dans son refus de respecter l’argent des Guiérois et les droits des élus!! En effet nous avons décidé de faire un recours administratif gracieux auprès du maire et d’en informer le lotisseur. 2018-06-29 Recours administratif

Pierre Baffert a deux mois pour nous dire s’il accepte de retirer la délibération scandaleuse. Passé ce délai, s’il n’obtempère pas, nous aurons deux mois pour faire soit un recours hiérarchique auprès du Préfet, soit faire un recours devant le tribunal administratif. Soit de faire l’un puis l’autre si nous ne sommes pas satisfaits des réponses obtenues. Cela peut prendre 8 mois jusqu’au tribunal administratif dont le délai pour rendre la justice est « assez long ». 

Ce dispositif a un intérêt principal; il bloque le projet car le lotisseur, que nous avons informé de ce recours ne prendra pas le risque de poursuivre un projet qui pourrait être annulé par le Préfet ou par le tribunal administratif. Cela va-t-il enfin convaincre Pierre Baffert de faire un vrai débat démocratique avec tous les élus ? Pas sur qu’il prenne ce risque, car un certain nombre d’élus de sa liste doute de ce dossier pour le moins opaque, obscur et irrespectueux de l’argent du contribuable. mais il lui vaudra choisir le risque qu’il veut affronter.

Pour le reste de ce conseil, nous avons soulevé d’autres irrégularités de droit comme le fait que Pierre Baffert aurait eu 2 pouvoirs lors du conseil municipal du mois de mai alors que la loi fixe la règle à un pouvoir par personne maximum; là encore aucun des élus majoritaires ni la secrétaire générale n’ont rien vu. Par ailleurs une convention avec Familles Rurales fixe la durée du travail d’un agent de la commune à 10 heures par jour soit 50 heures par semaine ce qui est aussi illégal. 

Pour le reste, rien de neuf.  Le préau à 2.000 euros du m2 devrait être fini cet été après trois ans de tergiversations, de renoncements, de modifications, ce dossier, le premier de l’équipe Baffert devrait donc sortir au bout de 4 ans et demi pour la modique somme de 186.000 euros.

Pour Riv’2Guiers, rien de nouveau! le maire ne sait pas où en est le permis de démolir du site Samson, alors ne parlons pas de la suite!!! Nous avons appris que certains habitants de la commune avaient reçu une invitation pour une réunion le 2 juillet pour leur présenter le projet de réhabilitation de la place centrale. Mais certains commerçants ne sont pas invités, les élus minoritaires non plus. Sans doute une nouvelle définition de ce que Pierre Baffert appelle le travail en réseau. Franchement ce n’est pas très important car il y a déjà eu deux réunions publiques qui n’ont débouché sur aucune décision, aucune action.

Enfin nous avons appris que le projet de station d’épuration intercommunale était confrontée à deux nouveaux écueils que Pierre Baffert ne sait pas résoudre. Le conseil communautaire du 25 juin nous a permis d’apprendre que Denis Sejourné, président de la communauté de communes,  reprenait les rênes pour négocier avec la Préfecture pour les problèmes administratifs et le département de l’Isère pour les problèmes de subventions. Nul doute qu’une issue favorable sera trouvée.