Le scandale de la vente du terrain communal du cimetière

Le scandale de la vente du terrain communal du cimetière, où en sommes-nous?

Le scandale de la vente du terrain communal du cimetière, où en sommes-nous? C’est la question que certains d’entre vous se pose et nous pose. Conformément à nos pronostics, le Maire, drapé dans son orgueil, a refusé notre recours amiable contre la délibération de vente du terrain à Isère Habitat à 3,50 euros du m2. Certains peuvent penser, comme nous, que c’est son droit. Mais tous se rejoignent pour s’étonner que ce refus se fasse sans aucun échange ou tentative de médiation entre les parties. Nous ne sommes pas surpris, Pierre Baffert n’a jamais été un homme de dialogue!!

Concrètement:

  • Nous avons adressé notre recours amiable le 29 Juin 2018, le maire devait répondre avant le 28 août 2018.
  • Le maire nous a adressé son premier refus le 21 Juillet et un second refus le 25 Juillet 2018!!! Et oui, fidèle à son image d’amateurisme, il y avait des erreurs dans son premier courrier!!!
  • Le maire a annoncé en conseil municipal le 23 Juillet que ce recours ne les empêchait pas de travailler sur le permis d’aménager avec Isère Habitat. Nous n’avons rien répondu, mais nous savons que cette entreprise n’engagera aucun frais sur un projet risquant d’être annulé.

le scandale de la vente du terrain communal du cimetière, et maintenant?

Sur le motif de recours qui est « le refus de communication et d’information des élus »:

  • Nous avons jusqu’au 19 septembre pour décider de la suite procédurale à donner ce dossier, soit un recours hiérarchique auprès du Préfet, soit un recours judiciaire auprès du tribunal administratif.
    • Nous avons décidé d’attendre fin août avant de prendre notre décision.

Les autres moyens d’action que nous avons en réserve:

  • Alerter le Dauphiné Libéré sur ce scandale de la vente de terrains constructibles à 3,50 euros
  • Emettre un signalement au Procureur de la République sur ce prix de vente suspect
  • Déposer plainte pour vente de terrains communaux à des prix anormalement bas sans aucun appel à projet officiel permettant une réelle mise en concurrence, ce qui est caractéristique du détournement de biens publics.

Nous vous tiendrons au courant de nos décisions à la rentrée, d’ici là, un miracle permettra peut-être au maire d’engager une discussion; mais comme nous le savons tous, la particularité des miracles, c’est qu’ils se produisent très rarement!!!